Journée de Recherches et d’Agrégation Ovide, Métamorphoses XIV organisée par Anne Videau UMR 7041 ArScAn- GDRI CLARo Ars scribendi le mercredi 9 mars 2011 à la Maison René-Ginouvès Archéologie et Ethnologie

Un mot pour accompagner cette livraison dans le cadre de la Revue INTERFÉRENCES du GDR International CLARo Ars scribendi, via hypotheses.org., des Communications présentées au cours de la Journée consacrée à Paris-Ouest au Livre XIV des Métamorphoses.

Son programme a visé à balayer assez largement le champ des problématiques que ce Livre suscite.

La contribution de Philip Hardie Mét. XIV PO 2011 Hardie Coherence (Cambridge) en interroge la cohérence en la situant dans le contexte global du poème, dans son mouvement de conclusion et vis-à-vis non seulement des épopées homérique et virgilienne mais d’Ennius ; Anne Videau (Paris-Ouest) Mét. XIV PO 2011 Videau Esquisse structure en propose une architecture à partir de ses enjeux dans l’ordre du théologico-politique, de la représentation des passions et de l’ars.

Alain Deremetz (Charles de Gaulle-Lille III)   s’est intéressé à la question narratologique par le bais de la réception des récits homérique et virgilien autour des personnages d’Achéménide et de Macarée (voir Revue Vita Latina N° 183-184 juin 2011, avec d’autres articles sur le même Livre XIV), tandis que Jean-Christophe Jolivet (Charles de Gaulle-Lille III) replace l’épisode d’Ardée dans la tradition rhétorique du topos de la prise de ville Jean-Christophe JOLIVET Le héron d’Ardée. et que Bernard Bortolussi Mét. XIV PO 2011 Bortolussi Place du verbe (Paris-Ouest-Nanterre-La Défense) étudie l’écriture du récit, avec les instruments stylistiques de la syntaxe comparée, sous l’angle de la place du verbe. Hélène Casanova-Robin (Paris-Sorbonne) Mét XIV PO 2011 Casanova-Robin Paysage décrypte les enjeux esthétiques et poétiques de la description du paysage.

Le versant de l’éros est abordé dans une perspective générique par Isabelle Jouteur (Poitiers) Mét.XIV PO 2011 Jouteur Scylla autour du personnage de Scylla et par Jacqueline Fabre-Serris (Charles de Gaulle-Lille III) Mét. XIV PO 2011 Fabre Serris Séduction, à la croisée de l’anthropologie, des genres et de leur portée éthique, autour de l’ensemble des épisodes amoureux du Livre et plus particulièrement celui d’Iphis et Anaxarète. Hélène Vial (Blaise Pascal-Clermont-Ferrand II)  Mét.XIV PO 2011 Vial La fée des métamorphoses se consacre à celle qu’elle appelle « La fée des métamorphoses » et au paradoxe de sa vulnérable toute-puissance dans la passion.

Charles Guittard (Paris-Ouest-Nanterre-La Défense) Mét.XIV PO 2011 Guittard Canens replace la nymphe Canens parmi les figures religieuses romaines attachées à la voix pour tenter de résoudre la question de savoir si elle est création ovidienne. John Scheid (Collège de France) et Jesper Svenbro (Académie suédoise) Mét.XIV PO 2011 Scheid Svenbro Pomone Vertumne procurent, dans cette reprise écrite de la communication du 9 mars, une interprétation du récit consacré à Pomone et Vertumne où l’histoire de la religion sous-tend l’exégèse de la poétique ovidienne.

Cette livraison prélude à une édition dans l’année 2012. Que les auteurs soient remerciés non seulement de la beauté de leurs interventions, mais d’avoir promptement confié leur travail à la lecture, afin que les Agrégatifs de Lettres classiques puissent en disposer.

NB: S’agissant de documents parfois assez longs, le temps de chargement de chaque texte peut être un peu plus long que d’ordinaire, merci de patienter jusqu’à ouverture des documents.

 

Le 9 juin 2011

Anne Videau

Carnet du GDRI CLARo

Au fil des recherches menées dans le cadre du GDR 2643 Ars scribendi, actif de 2003 à 2010, il est apparu qu’une difficulté réapparaissait constamment, à de multiples niveaux de nos travaux et quel que soit l’angle d’approche et les spécialistes impliqués : qu’est-ce qu’un texte littéraire, et quelles réponses les Romains ont-ils apportées à cette question ? quel est le point commun de textes aussi différents qu’une pièce de théâtre comique de Plaute et le programme de formation de l’orateur de Quintilien, les commentaires historiques à visée politique d’un César et le Satiricon de Pétrone, les Tusculanes de Cicéron et une élégie de Properce, le traité d’architecture de Vitruve et une prière de Prudence ? Ce point commun, et par là les critères de la littérarité, sont à l’évidence autonomes, dès lors qu’un texte peut être par ailleurs technique, philosophique, pédagogique, mais également littéraire. Or cette autonomie n’est définie nulle part, quoiqu’elle constitue depuis l’Antiquité un axe culturel structurant, un des repères majeurs de la culture occidentale.
La recherche projetée porte sur l’origine et la construction de ce concept de littérarité. Comment et à partir de quels éléments l’Antiquité romaine a-t-elle élaboré, mis au point et articulé les critères en fonction desquels un texte est perçu et défini comme littéraire, quels que soient par ailleurs son origine, sa destination, ses thèmes, son public, sa fonction ? Comment se distinguent ce qui relève proprement du littéraire et ce qui appartient aux autres domaines, philosophique, historique, pédagogique, religieux ou autre ? Comment analyser les points de jonction ou de fracture, les interactions ou les contradictions entre ces plans ?
Bien sûr, il existe toutes sortes de discriminants : la rhétorique, la poétique, la stylistique sont usuellement convoquées pour rendre compte du caractère littéraire des textes, et les études qui relèvent de ces disciplines mettent en valeur toutes sortes d’éléments qui participent de cette littérarité. Mais la clarté que ces disciplines permettent d’introduire n’est que provisoire : la littérarité n’est-elle que la résultante de ces disciplines ?
L’objet de ce projet est donc d’interroger l’origine de ce concept dans le monde antique romain, son fonctionnement et ses éventuelles évolutions.
Cette interrogation ne peut être que multiforme. La littérarité implique en effet à la fois le statut de l’auteur et celui du récepteur, les modes de production et les mécanismes de validation, la codification des formes et les transgressions possibles. Il s’agit également de chercher les définitions en creux ou par défaut de la littérarité, d’en questionner les marges et les frontières, et d’en déterminer les limites : s’agit-il d’une problématique spécifique au domaine de l’écriture, ou cette problématique se retrouve-t-elle dans tous les arts ?
Une question préliminaire porte sur les moyens dont les Latins se sont servis pour caractériser un texte comme littéraire : quels termes, quelles formules sont employés pour indiquer cette caractéristique ? L’idée d’une « dignité » du texte est fréquemment marquée par l’adjectif dignus (lectione, laude, memoria) : il s’agirait de préciser à quoi correspond cette qualité, si ce terme est isolé ou s’il entre dans une série avec d’autres, et quels textes sont ainsi désignés ; les emplois négatifs (non dignus ou indignus) ne sont pas moins intéressants, dans la mesure où ces emplois peuvent révéler en creux les qualités dont les manques sont ainsi relevés. De même, il s’agirait de préciser le rôle accordé aux uirtutes dicendi des classifications rhétoriques, et avec elles les termes relatifs à l’ornementation – quoique là encore de nombreuses ambiguïtés doivent être éclaircies : l’existence de termes négatifs pour désigner certaines pathologies du style, comme fucatus, « fardé » (Cicéron, Quintilien), ou calamistratus, « frisotté » (Cicéron, Tacite), est-elle à rapprocher des emplois péjoratifs actuels de « littérature » (« Tout le reste est littérature ») et surtout de « rhétorique » (« Ce n’est que de la rhétorique ») ? Les auteurs latins étaient conscients qu’il y a là un problème : dans quelle mesure leurs réflexions sur ce point éclairent-elles leur conception du littéraire ?
La délimitation du corpus des auteurs jugés littéraires met en valeur d’autres aspects problématiques du concept de littérarité. Très tôt, et d’abord dans le cadre scolaire, a été constituée une sorte de classicisme (Sénèque emploie le terme probati à propos de ces auteurs dont la valeur est éprouvée). Par rapport à ces auteurs « officiellement » littéraires, d’autres sont considérés comme archaïques, mais font partie du patrimoine culturel (voir les jugements portés sur Ennius, et les discussions du Dialogue des orateurs) : cette distinction postule-t-elle qu’il existait plusieurs niveaux de critères de la littérarité ? Dans le même ordre d’idées, Quintilien passe en revue dans l’Institution Oratoire des listes d’auteurs – pour préciser l’intérêt que leur lecture peut présenter pour l’orateur ; or certains de ces auteurs sont présentés comme mineurs, voire dangereux : cela remet-il en cause leur statut littéraire lui-même ?
Ces interrogations conduisent à poser le problème de l’articulation de la littérature et du genre. Il existe à Rome des genres « virtuels » : présents en Grèce en tant que genres, ils ne sont illustrés à Rome que par des ouvrages qu’on peut qualifier de « pré-littéraires » ou de « semi-littéraires ». Tel est le cas de la philosophie avant Cicéron, et plus encore de l’histoire. Les épicuriens concernés, ainsi que les premiers annalistes, sont-ils considérés comme des auteurs littéraires ? Et l’intérêt que leur portent au second siècle de notre ère des auteurs archaïsants comme Fronton ou Aulu-Gelle implique-t-il à leurs yeux une modification de ce statut, et par là une place différente par rapport au concept de littérarité ? Dans le même ordre d’idées, les genres majeurs coexistent à Rome avec des textes qui paraissent, pour des raisons diverses, appartenir à une « sous-littérature ». Ainsi de l’atellane et du mime, au-dessous de la comédie et de la tragédie. Comment sont caractérisées et jugées ces productions scéniques qui remportent un grand succès ?
A travers cette série d’interrogations sur la délimitation du corpus des auteurs jugés littéraires, se pose la question des procédures de validation de la littérarité. Au-delà de la pratique sociale de la recitatio, si fréquente sous l’Empire, et qui insère cette validation dans le processus même de la création littéraire, la citation dans certains textes techniques, grammaticaux notamment, vaut validation. Ces textes grammaticaux représentent une caution institutionnelle dont il est nécessaire de préciser les modalités de fonctionnement – alors que sur ce point l’étude de ces textes n’a pas évolué depuis la recherche des sources du 19e siècle : y a-t-il un consensus entre les différents grammairiens sur les auteurs reconnus comme littéraires ? pourquoi certains auteurs sont-ils plus cités que d’autres ? en fonction de quoi certains textes sont-ils plus cités que d’autres des mêmes auteurs ? Surtout, il conviendrait de réexaminer sous cet angle de la littérarité les raisons qui font que ce qui est considéré d’ordinaire comme des incorrections devient des « effets de style » chez les écrivains « reconnus » — comme on le voit également dans d’autres littératures (Saint-Simon, Céline…).
Dans une perspective diachronique enfin, il conviendrait de s’interroger sur l’évolution éventuelle des critères de la littérarité. A la suite de l’acculturation initiale, due à l’appropriation des codes culturels hellénistiques, dans quelle mesure et jusqu’à quel point la littérarité s’est-elle latinisée ? a-t-elle évolué au cours de son histoire ? dans une société où les codes se sont progressivement figé, un repère culturel aussi déterminant que la littérarité a-t-il été lui aussi l’objet du même mouvement, ou, comme il le paraît, est-il resté constamment diffus ? quelles en seraient les raisons, et les effets ? Dans cette perspective historique, l’arrivée du christianisme constitue l’une des principales balises, dont l’originalité s’exprime également par rapport à la littérarité : la prière par exemple se voit attribuer une dimension littéraire – mais quelle place est faite de ce point de vue au texte biblique sur lequel se fonde la nouvelle religion ? Ces différents aspects doivent être replacés les uns par rapport aux autres, dans une diachronie longue.
Cette réflexion sur la nature du fait littéraire se situe ainsi au confluent de la littérature, de l’histoire, de la philosophie, et des disciplines concernées par les textes techniques. Elle a vocation à éclairer la conception de la littérarité dans l’Europe classique et contemporaine, et par là à élucider l’un des ressorts et des modes de fonctionnement principaux qui structurent la culture de l’Europe actuelle.